Quelle mangeoire à poule choisir ?

Si une poule est capable de se nourrir toute seule quand elle n’est pas en captivité, c’est parce qu’elle peut manger une peu de tout, en cherchant par elle-même, sur de longues distances (graines, résidus de viande, fruits pourris, insectes, épluchures, ver de terre, escargots, etc.). Autant d’aliments riches, mais parfois malsains pour sa santé. Quand on décide d’élever des poules, il est indispensable, non seulement de leur fournir une alimentation de qualité, mais aussi de leur procurer du confort. Quelle mangeoire choisir donc pour ses poules ? Comment et pourquoi faut-il faire un choix bénéfique pour les animaux ? Voici, à travers cet article, quelques conseils utiles pour réussir à acquérir une mangeoire pratique et satisfaisante, aussi bien pour les animaux que pour l’aviculteur.

Pourquoi choisir une bonne mangeoire pour son poulailler ?

Pour avoir du succès en élevage, l’alimentation des animaux dans de bonnes conditions, joue un rôle primordial. En général, les mangeoires sont circulaires et dotées d’un contenant qui accueille les aliments. Les victuailles descendent et couvrent harmonieusement la base circulaire de la mangeoire. Les volailles peuvent alors se mettre tout autour, pour se régaler.

Une bonne mangeoire protège la nourriture des animaux, tout en offrant la possibilité de contrôler la quantité et la qualité de celle-ci. De plus, une mangeoire permet d’éviter l’éparpillement des provisions au sol. Leur mélange aux fientes pourrait rendre malades les poules, si elles venaient à les avaler.

Les critères pertinents de choix d’une mangeoire

Voici quelques points à prendre en considération, afin de choisir convenablement une mangeoire :

  • Au-delà de 10 poules, il est recommandé d’avoir plusieurs mangeoires pour que les animaux ne se gênent pas mutuellement.
  • En moyenne, 150 g de graines sont nécessaires pour 4 poules, au quotidien. Il n’y a cependant pas que des graines, pour nourrir les gallinacées. Les épluchures sont aussi utilisées et peuvent parfois être plus volumineuses que les graines, même à poids égaux. C’est pour cela qu’il faut privilégier les mangeoires de dimensions proportionnelles, au nombre d’individus que l’on héberge dans son poulailler.
  • Des trémies automatiques existent sur le marché. Pratiques, quand on veut s’absenter pour un temps plus ou moins long ; ou quand on n’a pas suffisamment de temps pour s’occuper de ses volailles, tous les jours.
  • Deux matériaux principaux sont utilisés pour mettre au point les mangeoires. On peut distinguer les trémies en plastique (pas chères) et celles en acier galvanisé, plus chères, mais résistantes et de bonne longévité.

Différents types de mangeoires

Du simple au plus complexe, du manuel aux automatisées, il y en a pour tous les goûts. Évidemment, il faut les choisir en fonction du nombre de poules que l’on entretient. Les prix varient entre 5 et 50 €.

  • Mangeoire à trémie fabriquée en matière plastique :
    Peu coûteuses, elles sont populaires et de forme cylindrique. Il faut choisir celles qui ont un couvercle pour protéger les victuailles, de la pluie.
  • Mangeoire à trémie faite d’acier galvanisé :
    De forme cylindrique aussi, elle est plus robuste avec une meilleure capacité que la précédente (environ 70 kg). Il suffit de varier la hauteur de la trémie pour régler le débit.
  • Mangeoire pour volaille anti-gaspillage :
    Il est conseillé d’utiliser les mangeoires spécialement faites pour contrer les rongeurs. Le système est tel que l’ouverture de la trémie se fait par simple pression des poules sur la pédale. C’est donc par leurs poids, que les poules déclenchent l’ouverture du réservoir pour se servir. Les rongeurs pesant peu, ne réussissent pas à provoquer l’ouverture de la trémie. C’est un anti-gaspillage, étant donné que la nourriture n’est disponible que quand les poules la sollicitent.
  • Les mangeoires et abreuvoirs tubulaires :
    Bonne manière d’automatiser ‘’manuellement’’, le service pour les animaux. Très pratique quand on ne dispose pas de beaucoup de temps. L’approvisionnement se fait de l’extérieur et se contrôle facilement, grâce à la transparence du plastique.
  • Mangeoire en acier à clapet :
    D’une capacité comprise entre 5 et 20 kg, elle est faite en aluminium ou en acier galvanisé. Elle brave la rouille et protège parfaitement contre la pluie, la vermine et les oiseaux, garantissant ainsi une bonne disponibilité de nourritures, aux volailles.

Quelques conseils pratiques

  • La mangeoire doit toujours être installée de façon à la rendre accessible à tout moment (donc à l’intérieur du poulailler). Elle doit avoir de l’espace tout autour pour mettre à l’aise, les animaux.
  • Pour les poussins, en raison de leur petite taille, un bac ne leur sera pas utile. Il est préférable de construire des équipements adaptés pour eux.
  • Le nettoyage de la mangeoire doit se faire fréquemment. Un bon jet d’eau est plus indiqué. Il faut absolument éviter d’utiliser les produits chimiques pour le nettoyage. Une fois la mangeoire nettoyée, il faut la faire sécher avant de la réutiliser. Pourquoi sécher la mangeoire ? L’humidité est favorable à la prolifération de germes. Ainsi, la chaleur solaire élimine d’éventuels germes qui traîneraient encore dans le dispositif, après le lavage.
  • En matière d’achat, les coûts les moins élevés semblent attractifs. Attention toutefois, car ces modèles de mangeoires ont l’inconvénient de leur avantage. En effet, si elles sont moins onéreuses, sur le long terme, elles ne sont pas toujours efficaces ni économiques. Autant faire un bon investissement une fois pour de bons. Car en aviculture, les maîtres-mots de l’équipement sont : praticité et durabilité.

Voici quelques défauts des mangeoires basiques et classiques : fragilité du plastique, nettoyage peu pratique, possibilité de renversement par les animaux, etc.

  • Il est recommandé de ne pas laisser les mangeoires passer la nuit dans le poulailler. Pourquoi ? Pour éviter que des rongeurs ne viennent s’installer, en ayant découvert un grenier.

Pour conclure

On peut retenir qu’il existe un large choix de mangeoires, les unes plus pratiques que les autres. Il convient donc de bien identifier ses besoins pour faire l’achat le plus approprié. Cependant, quand on a une âme de bricoleur on peut toujours se faire plaisir, en fabriquant soi-même sa mangeoire. Cela peut avoir de l’intérêt. On a la possibilité de choisir le matériau selon ses moyens et selon ses goûts. Il faut juste tenir compte de la population de gallinacées que l’on a à charge, et penser plus particulièrement à l’accessibilité de la nourriture, aux poussins.